ite/frères en marche
 

La terre source de vie, non de profit - Ce n’est que justice   

frères en marche – Revue missionnaire des Capucins suisses

Chères lectrices, chers lecteurs

La terre est un bien inestimable avant tout pour ceux et celles qui la travaillent. Lors d’une rencontre au Brésil, il y a plus de trente ans, j’avais été frappé alors en plein coeur par la situation des sans-terre, ouvriers agricoles livrés, mains et pieds liés, à la merci des grands propriétaires terriens. J’y avais constaté la déforestation à grande échelle et ses conséquences. A Madagascar, il y a déjà une dizaine d’années, je me suis retrouvé dans le vif de la problématique de l’accaparement de terres.

Dans ces projets d’agrobusiness ou d’exploration minière, il y a souvent deux poids deux mesures. On invoque les emplois créés et on mésestime trop souvent la dignité du travailleur. Le plus fort, quel qu’il soit, recherche non le bien commun, mais le revenu ou les avantages immédiats à tout prix, parfois (et même souvent) sans aucune éthique. Il est heureuxque nos différentes oeuvres d’entraide chrétiennes au niveau suisse, comme l’Action de Carême, Pain pour le prochain et Etre partenaires, nous sensibilisent à notre devoir, non simplement d’assistance financière, mais plus encore à notre engagement pour que justice soit faite et rendue à qui de droit. Tout ne se résume pas au profit.

Nos organismes d’entraide agissent en notre nom avec les moyens que nous leur apportons, non pour régler les problèmes sur le champ,mais en aidant les gens sur place  à s’engager sans peur et à payer de leur personne. Nous laisser aussi éduquer par ceux qui sont les premiers à avoir droit à la parole et s’organiser en fonction, voilà aussi une démarche responsable.

Réjouissons-nous de tout ce qui fait de bien grâce à notre solidarité et à notre engagement. Le bien ne fait jamais grand bruit, mais il possède sa longueur d’onde. A nous d’y prêter une oreille attentive. S’émerveiller aussi de la force morale de celles et de ceux qui s’engagent nous rend plus forts dans notre propre service que nous nous devons les uns aux autres. Personne ne se sauve tout seul!

Bonne lecture et fructueux Carême de solidarité et de conscientisation.

 

Fr. Bernard Maillard, rédacteur